Blog

légumes

je parlerais des légumes vivaces pertinent plus tard.

parlons technique.

disons qu'en permaculture,il n'y a pas de règles strictes du genre 'on ne laboure pas', mais un ensembles de conseils à mettre en pratique pour finalement aboutir à éradiquer le désherbage , l'arrosage , voir même d'avoir à effectuer de semis. c'est un ensemble de techniques a adapter en fonction du milieu. D'une manière générale il s'agit de lever le sol (l'inverse de le tasser ) , pratiquer la jachère et le sylvopastoralisme , élever les lombriques , profiter des herbacés tapissantes , buissons ou arbres pour étouffer les adventices indésirables,produire de l'humus , associer les herbacés avec ligneux (une végétation arborée permet au sol d'avoir 3% de matières organiques , alors qu'une terre cultivée n'en a que 1 %),protéger des vents,et parfois des hardeurs du soleil,en sol lourd générer le maximum de racines pivotantes pour augmenter

Les vertus de l'ombre :

https://newswire.caes.uga.edu/story.html?storyid=4416&story=Longer,-improved-pepper-production-with-shade-cloth les voiles d’ombrage, c’est très intéressant, pas cher à mettre en place, longue durée de vie 20 ans, zéro gestion.

Réduit vent, violence pluie, pare grêle, augmente CO2 venant du sol dans l’air crée cocon hygrometrique donc contrôle température par évaporation.

C’est la réflexion des maraîchers sol vivant qui m’a conduit vers ça.

Ils pensent qu’on a sous estime importance de l’air, d’où provient 95% de la bouffe des plantes.


30% ombrage : ralenti la mise à fruit sur légumes fruits mais double productivité et durée récolte.


Couper les vents :

8 tonnes de co² par jour et par hectare est généré par les bactéries du sol , peu de vent = le co² reste proche du sol , les voiles d'ombrages ou autre artefact sont donc très utile.


sol: un sol lourd (argileux) sera bon pour les légumes racines,un sol léger sera très agréable à travailler,et un sol sableux peux supporter le labourage durant une très longue période. la sol parfait est rarement acquis, c'est une entreprise de longue allène qui nécessite beaucoup d'effort, à travers le compostage. l'idéale de base est un sol un peu calcaire,un peu argileux, principalement limoneux et un peu sableux pour mieux chauffer. pour limiter de désherbages certaines mettent une litière sur le sol, constituée de ce qu'ils peuvent trouver, carton, paille le plus souvent, c'est parfois mieux que le foin qui contient des graines mais le foin est bien riche en azote , et facilement mangeable par la micro faune du sol .

pour le long terme il faut mettre beaucoup de carbone , c'est 50% de l'eau d'arrosage des légumes qui peux être économisé , même si c'est le milieu des arbres (champignons terreau)

plutot que des légumes (bactéries composte) dans un premier temps l'azote minérale du sol est immobilisé pour décomposer le bois,il faudra attendre parfois 4 ans avant d'avoir des récoltes de légumes dignes de ce noms. une culture sans restitution organique envoie 60% d'azote supplémentaire dans les nappes phréatiques. malgré cette faim d'azote la germination est augmentée, par exemple (sur BRF) les graines de salades germent 233% plus par rapport à la parcelle témoin (le mycélium génère des auxines) le BRF (bois raméal fragmenté) ne doit pas comporter plus de 20% de résineux,si plus de 15% cela génère un gros amoindrissent des cultures. le BRF doit être épandu sur minimum 3 cm d'épaisseur pour avoir une action sur le sol. 1.5m² de BRF équivaut à 40 kg de paille de litière bovine. ------------------------------------------- parlons azote. les légumineuses génèrent de l'azote lorsqu'elles meurent ou sont stressées la luzerne génère 350kg d'azote/ha/an l'aulne glutineux 100 kg/ha/an et le hêtre 109kg/ha/an ------------------------------------------- pour en revenir aux technique potagères,les chemins peuvent être densément planté de camomille romaine de la variété 'treneague',et le sous étage de tout les arbuste (rhododendron,spirée,etc) par des consoudes tapissant comme la grandiflorum,il n'y a aucune inquiétude à avoir elle n'avance que de 12 cm par ans et est facile à détruire,de plus,ses graines sont stériles) les chiffres sont issu du livre "Les rémanents en foresterie et agriculture" edition tec et doc de Lavoisier

Featured Posts
Archive
Follow Me
  • Grey Facebook Icon